Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 15:16

 

 

 

KongoTimes!

Font size: Decrease font Enlarge font
image Sultani MAKENGA (milieu) et Bertrand BISIMWA (droite)

 

Intervenant jeudi 31 octobre à l’Université de Georgetown de Washington, l’émissaire des Etats-Unis pour la région de Grands Lacs, Russ Feingold, a souhaité que les pourparlers en cours à Kampala en Ouganda débouchent, dans les prochains jours, sur un accord dans lequel la rébellion du M23 serait dissoute. «Nous appelons à une conclusion politique rapide des négociations de Kampala entre le M23 et le gouvernement de la RDC en vue de conduire au démantèlement définitif de ce groupe armé», a déclaré jeudi 31 octobre dernier Sébastien Brabant, un porte-parole du service diplomatique de l’Union européenne (UE).

Le rébellion, qui a subi beaucoup de révères face aux Forces armées de la République démocratique du Congo cette semaine, est quasiment « finie » en tant que force militaire, avait d »claré mercredi le chef de la Monusco Martin Kolber. 

Mais Russ Feingold a fait remarquer,  lors de son intervention à l’université Georgetown de Washington, que le M23 n’était que « l’un des 40 ou 45 groupes armés dans l’est du Congo ».

Ainsi selon lui, « Il n’est en aucun cas l’heure de déboucher le champagne, même si (cet accord) pourrait constituer un pas important dans la bonne direction ».

Face au piétinement des négociations de Kampala et à l’indécision du négociateur ougandais, Russ Feingold pense qu’il serait mieux d’ouvrir de nouveaux pourparler sérieux avec un ou de nouveaux médiateurs. 

L’ancien sénateur américain cité par Radio Okapi a indiqué avoir parlé avec différents pays africains de la possibilité de nommer un ancien chef d’Etat pour négocier avec toutes les parties.

« Je pense que nous avons besoin de véritables négociations sous médiation, de négociations de paix - un mécanisme semi-permanent », a estimé M. Feingold.

Ce médiateur parlerait à tous les pays concernés, y compris le Rwanda qui n’est pas impliqué dans les pourparlers de Kampala, mais que la RDC et l’Onu accusent de soutenir les rebelles, ce que Kigali dément.

Le Mouvement du 23 Mars (M23) est né d’une mutinerie, en avril 2012, d’anciens rebelles essentiellement tutsi, intégrés dans l’armée en 2009 après un accord de paix. Il a contrôlé jusqu’à 700 km carrés du territoire congolais  limitrophes du Rwanda et de l’Ouganda.

Selon M. Feingold, la région est lasse des tentatives de médiation extérieure. « Notre engagement cette fois-ci n’est pas de tourner le dos, mais de maintenir notre attention sur le problème de façon constante durant des années », a-t-il assuré.

Comme preuve, le diplomate américain a mis en avant la promesse en mai dernier du président de la Banque mondiale de verser un milliard de dollars d’aide pour le développement de la région.

L’UE salue le rétablissement de l’autorité de l’Etat 

«Nous appelons à une conclusion politique rapide des négociations de Kampala entre le M23 et le gouvernement de la RDC en vue de conduire au démantèlement définitif de ce groupe armé», a déclaré jeudi 31 octobre dernier Sébastien Brabant, un porte-parole du service diplomatique de l’Union européenne (UE). «Des actions contre d’autres groupes armés devraient être menées rapidement», a ajouté la même source citée par l’AFP.

La diplomatie européenne a salué «le rétablissement de l’autorité de l’Etat congolais suite aux opérations militaires de l’armée (…) qui ont permis de reprendre la ville de Bunagana, à la frontière avec l’Ouganda». Cette cité a été considérée comme le fief politique et économique de la rébellion du M23, qui l’occupait depuis plus d’une année.

L’UE s’est dite toutefois vigilante « concernant tout abus ou action de représailles qui pourrait être commis à l’égard des populations civiles ». A ce sujet, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a lancé une mise en garde aux belligérants. « Je n’hésiterai pas à étendre mes enquêtes à toutes nouvelles allégations de crimes relevant de la compétence de la Cour…», a-t-elle affirmé dans un communiqué rendu public mercredi 30 octobre.

Les affrontements entre le M23 et l’armée congolaise ont repris il y a une semaine. L’armée congolaise, épaulée par la brigade d’intervention de la Monusco, a poursuivi jeudi soir son offensive sur les collines de Mbuzi, Chanzu et Runyonyi où se sont retranchés les rebelles du M23.

Le président congolais, Joseph Kabila, avait appelé mercredi soir une nouvelle fois les rebelles à « se démobiliser volontairement » sous peine d’être désarmés « par la force ». Mais s’est dit favorable à la poursuite des pourparlers de Kampala, où Kinshasa et le M23 discutent depuis le 9 décembre 2012 par à-coups et sans résultat pour l’instant.

Les Nations unies ainsi que les Etats-Unis ont aussi appelé à la reprise et la conclusion de ces discussions, suspendues depuis presque deux semaines dans la capitale ougandaise.

Partager cet article

Repost 0
Published by chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu) - dans Analyse et Forum
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu)
  • Le blog de chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu)
  • : Laboratoire d'intelligence, renseignements et coaching politique."Là où il y a la volonté, il y a toujours un chemin."
  • Contact

Profil

  • chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu)
  • Président de "Debout pour le Congo", Coordinateur de "Réfléchissons ensemble" et Secrétaire rapporteur de FOSPEKA.Président de l'ASBL "Le BERCEAU". Homme intègre et grand défenseur des droits des hummains.
  • Président de "Debout pour le Congo", Coordinateur de "Réfléchissons ensemble" et Secrétaire rapporteur de FOSPEKA.Président de l'ASBL "Le BERCEAU". Homme intègre et grand défenseur des droits des hummains.

Recherche

Liens