Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 11:00

 

 

 

kongoTimes!

Font size: Decrease font Enlarge font
image Léon KENGO WA DONDO

 

Un autre front est monté au créneau alors que l’on croyait la tempête apaisée. Le Bureau du Conseil national de l’Apostolat des Laïcs Catholiques du Congo (CLCC) s’est prononcé pour dire que ces assises, appelées concertations ou dialogue, n’aboutiront à rien, dès lors qu’elles ne vont pas répondre aux fondamentaux des congolais. L’Union pour la Nation Congolaise (UNC) de Vital Kamerhe parle « d’un schéma maléfique déjà arrêté au détriment du bien-être du peuple Congolais ». Le Mouvement de Libération du Congo (MLC), le Groupe parlementaire UDPS et Alliés, et l’Union pour la Nation (UN) déclarent ne pas être concernés par la démarche cavalière actuelle initiée par le pouvoir.

C’est une véritable levée des boucliers dans la classe politique congolaise, au sujet des concertations nationales convoquées par le Chef de l’Etat, Joseph Kabila. Loin s’en faut. Léon Kengo et Aubin Minaku ont cru facilement emballer les politiques congolais ainsi que la société civile dans leur chronogramme annonçant les consultations. En tout cas, les deux là s’attendaient à un engouement aux portillons de leur présidium, connaissant les habitudes versatiles de certains politiciens congolais, non seulement en mal de repositionnement, mais aussi en quête du perdiem, en ce qu’ils sont capables de dire oui le matin, et non le soir. Mirage ! Ils se sont tous recroquevillés, à l’opposition, pour adopter un ton acerbe, si pas acide, parce qu’ils n’entrevoient aucune issue pour participer à ces assises. Et là, ce ne sont pas les menus fretins qui se sont prononcés. 

Ce sont de gros poissons.

Chacun y va à sa manière propre. Dans un style évocateur, Z’Ahidi Arthur Ngoma, initiateur du Cartel de la composante opposition politique signataire de l’Accord global et inclusif, a recouru plusieurs fois, dans son allocution du 6 août à Saint Clément, à l’expression « Il était à notre portée… ». Ainsi, il soutient qu’en dépit du fond, susceptible d’être soumis au débat, la forme par contre laisse à désirer. Tel a été aussi l’idée des conclavistes de Limete. Ils avaient rejeté en bloc le contenu de l’ordonnance présidentielle créant cette instance de dialogue. 

En effet, alors que l’on croyait la tempête apaisé, hier, c’est un autre front qui est monté au créneau. Le Bureau du Conseil national de l’Apostolat des Laïcs Catholiques du Congo (CLCC) s’est prononcé pour dire que ces assises, appelées concertations ou dialogue, n’aboutiront à rien, dès lors qu’elles ne vont pas répondre aux fondamentaux des congolais. 

L’Union pour la Nation Congolaise (UNC) de Vital Kamerhe parle d’un schéma maléfique déjà arrêté au détriment du bien-être du peuple Congolais. Dans une autre déclaration politique relative au dialogue politique, c’est le Mouvement de Libération du Congo (MLC), avec Thomas Luhaka en tête, le Groupe parlementaire UDPS et Alliés, avec Samy Badibanga et l’Union pour la Nation (UN, plate-forme qui soutient Jean-Pierre Bemba), avec Clément Kanku à sa tête, qui déclarent ne pas être concernés par la démarche cavalière actuelle initiée par le pouvoir. 

L’UDPS/Tshisekedi, elle, avait déjà rejeté toute idée de concertations nationales. Question. Quelles sont les parties qui vont siéger à ces assises, dès lors que les principaux partis politiques qui influent la scène politique congolaise n’y seront pas ? A quoi aboutira ce forum qui divise dès l’abord que ne crée la cohésion, ultime objectif pourtant poursuivi ? Que feront Kengo et Minaku, puisque la crise est là et s’est amplifiée ?

[Ghislain Lubula / La Pros.]

Udps & Alliés, MLC, UNC et UN disent NON à Kengo et Minaku ! 

Ça bouillonne dans les états-majors politiques, singulièrement du côté de l’Opposition. Et ce, depuis la sortie médiatique inopinée du Présidium des concertations nationales, ce lundi 5 août.

Hier, La Prospérité, dans sa quête effrénée de l’information pour la livrer en temps réel à ses nombreux et fidèles lecteurs, est tombée sur les déclarations des principaux partis de l’Opposition institutionnelle, à savoir : l’Udps & Alliés, le MLC, l’UNC ainsi que l’UN, la plateforme électorale de JP Bemba que dirige l’Honorable Kanku Clément. Pour Badibanga Samy, Luhaka Thomas, Kanku Clément, l’annonce par Kengo Léon, de la nomination d’un secrétariat technique et l’adoption d’un budget des concertations nationales révèle la volonté manifeste du pouvoir de persévérer dans la logique des concertations convoquées et organisées de manière unilatérale et autoritaire.

 Ils constatent, par ailleurs, qu’à ce stade, aucune des préoccupations et propositions faites par l’opposition et contenues dans ses déclarations du 1er juillet 2013 n’a été prise en compte. Plus particulièrement, la demande de la mise en place préalable du comité préparatoire paritaire qui devrait rendre l’organisation et la tenue de ces assises réellement inclusives et transparentes.

Un tel comité préparatoire serait un réel gage de la réconciliation et de la cohésion. Partant, ils déclarent ne pas être concernés par la démarche cavalière actuelle initiée par le pouvoir en place. En vue de sauvegarder l’unité, la souveraineté nationale et les intérêts fondamentaux de la nation congolaise, l’Udps & Alliés, le MLC et l’UN se disent prêts à prendre leurs responsabilités devant l’histoire et le peuple congolais. Pour sa part, l’UNC de Kamerhe Vital rejette toute démarche qui ne tiendrait pas compte de préalables proposés et décline ainsi toute participation à des concertations préfabriquées en faveur d’un schéma déjà arrêté au détriment du bien-être du peuple congolais et au profit des intérêts partisans. L’UNC demeure disposée à souscrire à toute initiative de ses pairs de l’opposition visant à réaffirmer de façon collective leur attachement aux résolutions du Conclave.

Ci-après, les déclarations politiques de l’Udps & Alliés, MLC, UN ainsi que de l’UNC.

DECLARATION DE L’OPPOSITION RELATIVE AU DIALOGUE POLITIQUE 

A la suite de la déclaration de l’Honorable Léon Kengo wa Dondo, Président du Sénat, faite à la presse ce lundi 05 août 2013, l’Opposition politique informe l’opinion sur les points suivants : 

1. La nomination d’un secrétariat technique et l’adoption d’un budget des concertations nationales par le présidium mis en place par l’ordonnance du 26 juin 2013 révèle la volonté manifeste du pouvoir de persévérer dans la logique des concertations convoquées et organisées de manière unilatérale et autoritaire. 

2. A ce stade, aucune des préoccupations et propositions faites par l’opposition et contenues dans ses déclarations du 01 juillet 2013 en vue de créer un climat de confiance entre les différentes forces politiques et sociales n’a été prise en compte. En particulier, la mise en place préalable du comité préparatoire paritaire qui a pour vertu de rendre l’organisation et la tenue de ces assises réellement inclusives et transparentes, réel gage de la réconciliation et de la cohésion.

3. De ce qui précède, l’opposition déclare ne pas être concernée par la démarche cavalière actuelle initiée par le pouvoir en place. 

4. Elle prend la Communauté Internationale à témoin sur le fait que le régime actuel ne manifeste aucune volonté réelle, malgré ses déclarations publiques et les dispositions républicaines de l’opposition, de rechercher la réconciliation, la cohésion et l’unité, à travers un dialogue politique transparent et inclusif. 

5. En vue de sauvegarder l’unité, la souveraineté nationale et les intérêts fondamentaux de la nation congolaise, l’opposition politique se dit prête à prendre ses responsabilités devant l’histoire et le peuple congolais. 

Fait à Kinshasa, le 07/08/2013

Les signataires:

Pour le Mlc, Thomas Luhaka Losendjola

Secrétaire Général 

Pour le Groupe Parlementaire Udps & Alliés, Samy Badibanga

Président 

Pour l’Union pour la Nation (UN), Clément Kanku Bukasa wa Tshibuabua, Coordonnateur UNION POUR LA NATION CONGOLAISE «U.N.C » 

DECLARATION POLITIQUE DE L’UNC FACE AUX PREPARATIFS DE LA TENUE DU DIALOGUE NATIONAL EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

La Direction Politique Nationale de l’Union pour la Nation Congolaise, UNC en sigle, s’est réunie à son siège, ce mercredi 7 août 2013, pour examiner la situation politique de l’heure en rapport avec les préparatifs de la tenue du Dialogue National en RDC et la récente déclaration du Président du Sénat dont le parti est signataire de la déclaration du 1er juillet au CEPAS et du rapport final du Conclave de l’opposition politique.

Compte tenu de l’urgence et pour lever toute équivoque, la Direction Politique Nationale de l’UNC rend publique la déclaration suivante : 

1. L’UNC réaffirme son indéfectible attachement à la déclaration politique du 1er juillet 2013 signée au CEPAS par plusieurs partis et personnalités politiques de l’opposition à la suite de l’ordonnance controversée du 26 juin 2013 portant création, organisation et fonctionnement des concertations nationales ;

2. L’UNC réaffirme son attachement aux résolutions du Conclave de l’opposition politique congolaise tenu à Kinshasa Limete du 06 au 11 juillet 2013, spécialement celles se rapportant aux préalables à la tenue du Dialogue tel que prévu par l’Accord-cadre d’Addis-Abeba ainsi que la résolution 2098 du Conseil de Sécurité des Nations Unies ;

3. L’UNC reste préoccupée par la guerre à l’Est du pays et ses conséquences néfastes sur le plan humanitaire (assassinats ciblés, enlèvements, tortures, viols, déplacements des populations, incendies criminels des cases et maisons,…), socio-économique (pillage des ressources naturelles, destruction des écoles et hôpitaux,…) et environnemental ;

4. l’UNC est également préoccupée par la rupture de confiance entre le peuple et les tenants actuels du pouvoir suite à la crise de légitimité née des élections irrégulières et chaotiques du 28 novembre 2011, par la mauvaise gouvernance, la corruption généralisée, l’impunité institutionnalisée et les différentes menaces de déstabilisation du territoire national causées par l’obsession de la mouvance au pouvoir de procéder à la révision de la Constitution spécialement en ses articles 70 et 220 verrouillés ;

5. De ce qui précède, l’UNC rejette toute démarche qui ne tiendrait pas compte des préalables susvisés et décline toute participation à des concertations préfabriquées en faveur d’un schéma maléfique déjà arrêté au détriment du bien-être du peuple congolais et au profit des intérêts partisans ;

6. L’UNC demeure disposée à souscrire à toute initiative de ses pairs de l’opposition visant à réaffirmer de façon collective notre attachement aux résolutions du Conclave.

 

Fait à Kinshasa, le 07 août 2013. 

 

POUR LA DIRECTION POLITIQUE NATIONALE DE L’UNC

 

Honorable Alain MBAYA KAKASU

 

Président du Conseil National 

Honorable Jean-Bertrand EWANGA ISEWANGA IWOKA

 

SECRETAIRE GENERAL

Partager cet article

Repost 0
Published by chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu) - dans Analyse et Forum
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu)
  • Le blog de chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu)
  • : Laboratoire d'intelligence, renseignements et coaching politique."Là où il y a la volonté, il y a toujours un chemin."
  • Contact

Profil

  • chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu)
  • Président de "Debout pour le Congo", Coordinateur de "Réfléchissons ensemble" et Secrétaire rapporteur de FOSPEKA.Président de l'ASBL "Le BERCEAU". Homme intègre et grand défenseur des droits des hummains.
  • Président de "Debout pour le Congo", Coordinateur de "Réfléchissons ensemble" et Secrétaire rapporteur de FOSPEKA.Président de l'ASBL "Le BERCEAU". Homme intègre et grand défenseur des droits des hummains.

Recherche

Liens