Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 08:25

 

 

 

Partage du pouvoir PPRD - UDPS : La proposition de MPUILA est une injure à TSHISEKEDI

Font size: Decrease font Enlarge font
image François Tshipamba Mpwila

 

Mpuila sait très bien que sa proposition d'un Tshisekedi «Premier ministre de Kabila aujourd'hui» là où lui-même continue à se considérer comme le seul Président de la République élu, mais qui attend de récupérer son imperium, est perçue comme une injure au lider «Maximo», mieux un crime de lèse-majesté.

L'ancien représentant de l'Udps au Benelux, Dr François Tshipamba Mpwila fait parler de lui depuis quelque temps. Lui et certains de ses compagnons ont produit un document-coupe gorge dont la quintessence les met en porte-à-faux avec la vision de la direction politique et la base au pays.

En un mot, Mpwila demande au Président Kabila Kabila de composer avec l'Udps pour gérer l'Etat et propose même la clé de répartition des responsabilités publiques. A Joseph Kabila, il laisse le poste de Président de la République tandis que la Primature avec certains ministères de souveraineté reviendraient à l'Udps avec comme Premier ministre son Président national, Etienne Tshisekedi Wa Mulumba.

A la chambre basse, l'Udps devra disposer d'un poste au Bureau. Le partage concerne aussi les provinces et le Portefeuille de l'Etat. Cette proposition de Tshipamba Mpwila, qui n'est pas endossée par la direction politique du parti, n'est ni plus ni moins que l'instauration d'une nouvelle transition qui serait dominée par les deux principales forces politiques du moment qui sont le Pprd, pour la Majorité et l'Udps pour l'Opposition.

C'est le retour à la bipolarisation de la scène politique que les Congolais ont connue à l'époque du Zaïre du Maréchal Mobutu dans les années 90. Alors qu'à ce jour, la volonté des Congolais c'est d'avoir des dirigeants qui disposent du leadership nécessaire pour leur offrir des élections crédibles et incontestables, au cycle légal qui est de 5 ans. Pour François Tshipamba Mpwila qui, jusqu'hier, a continué à défendre son schéma, il s'agit de l'ascenseur a renvoyer à Tshisekedi Wa Mulumba pour tout ce qu'il a fait pour ce pays. Il revient à d'autres et non lui-même de faire cette proposition pour l'honorer.

Pourtant, Mpwila, qui n'est pas un néophyte à l'Udps, sait très bien que sa proposition d'un Tshisekedi «Premier ministre de Kabila aujourd'hui» là où lui-même continue à se considérer comme le seul Président de la République élu, mais qui attend de récupérer son imperium, est perçue comme une injure au lider «Maximo», mieux un crime de lèse-majesté.

Il est complètement en hiatus avec son leader. Il l'aura voulu. Bruno Mavungu, le secrétaire général de l'Udps est déjà monté au créneau et a lancé des anathèmes au groupe qui a initié cette réflexion qui n'engage aucunement le parti. La guerre est lancée. Mais entre les deux hommes, Tshisekedi et Mpwila, il n'y aura jamais match. Et pour cause. L'un pas très connu de la base de l'Udps tandis que l'autre, Tshisekedi est une icône sur la place politique.

On n'affronte pas une icône. Le combat est inégal comme dans le récit biblique de David et Goliath. Mpwila a frappé à côté avec son schéma de transition qui ne dit pas son nom. Lui et son groupe de réflexion auraient fait œuvre pour réfléchir sur les options que doit courageusement lever l'Udps dans la perspective des élections de 2016.

IMORT SUBITE

Car le constat qui se dégage 24 mois après les élections contestées de 2011 est que malgré son annonce, Tshisekedi n'a toujours pas recouvré son imperium. Il ne lui reste plus que quelque 3 ans pour le faire. A ce jour, aucun indice ne vient étayer le fait que ce vœu serait concrétisé demain. D'où il faut être réaliste.

Ce qui renvoie à une réalité qui veut que l'Udps ne peut se payer le luxe de se saborder comme en 2006 en se déclarant non partante pour les élections de 2016 ? Un tel boycott signerait net la mort subite du parti. C'est cela que le " Lider Maximo " doit éviter à tout prix, l'Udps ne lui appartenant pas.

C'est là où Mpwila Tshipamba et son groupe de réflexion devraient dégager des pistes plutôt que de se limiter à élaborer un tableau de partage du gâteau avec Joseph Kabila, celui-là même dont ils continuent à contester la légitimité. Il n'y a que par une réflexion froide que l'Udps va répondre à une question que l'on peut légitimement se poser et qui est de connaître la durée du boycott des institutions.

Logiquement, c'est une seule législature, celle qui est en cours, celle dont le parti conteste les résultats des élections d'un certain 28 novembre 2011. Il faudra aussi savoir comment l'Udps va s'y prendre lorsqu'elle reviendra dans la course en 2016 avec des scrutins qui seraient préparés par la CENI de Malumalu que l'on considère dans toute l'Opposition comme un sociétaire de la MP.? Quelles stratégies mettre en place pour un contrôle efficient par la parti de tout le processus de 2016 qui commence déjà dans cette législature. Par exemple toutes les opérations préélectorales.

Alors qu’au même moment, l'Udps n'a aucun contact avec les instituions ne serait-ce que celles chargées des élections. S'il n'y a aucune collaboration, il lui serait difficile de mettre en place un dispositif permettant d'éviter à l'avenir la fatalité de se voir voler ses  voix.

C'est là où François Tshipamba Mpwila et ses amis devraient briller. Eux ont préféré quémander la Primature pour Tshisekedi. Pour  quoi faire ? En a-t-il vraiment besoin ? Elevé déjà au niveau d'emblème, Tshisekedi ne peut redescendre du piédestal, entrer dans l'arène pour gérer. Il est dans la catégorie de Mandela, Ghandi…des  surhommes dont la mission n'est pas la gestion des affaires publiques. Il y a donc dichotomie entre l'Udps et son chef au sujet de la gestion institutionnelle. C'est cela que le parti qui en a vu d'autres se doit de lever.   

 

[KANDOLO M.]

Bureau d’Etudes, Expertise et Stratégies BEES 212.

L ‘UDPS face à ses responsabilités. Même vision, même objectif mais stratégies diversifiées.

Ne faut-il pas que certains Cadres de I’UDPS, compétents, convaincus, convaincants et déterminés, sans impliquer la Direction politique du Parti, prennent une Décision collective de s’auto-exclure du Parti et s’engagent, non seulement dans le Gouvernement d’Union Nationale, mais dans toutes les Institutions Etatiques d’Union Nationale et poursuivent, à partir de l’intérieur de ces Institutions, leur Combat politique en jonction avec les Membres et les Forces démocratiques congolaises restés à l’extérieur des Institutions?

1. Notre Combat est un long processus: travailler dans la durée.

Ne nous préoccupons pas d’être d’emblée ni compris ni applaudis par tous les lecteurs. Socrate, Jésus, Gaulée, Teilhard De Chardin, Patrice Emery Lumumba, les Treize Parlementaires et tant d’autres acteurs de l’histoire n ‘ont été d’emblée ni compris ni applaudis. Nombreux Visionnaires, Pionniers, Stratèges, Martyrs et Héros qui ont rendu tant de services à leurs peuples, à leurs contemporains, à la Postérité et à l’Humanité ont été compris, applaudis, honorés et récompensés longtemps plus tard et même à titre posthume après leur mort.

Exerçons-nous aux efforts constants et soutenus sur une longue durée car le Combat politique en général, et surtout le combat politique qui vise à libérer le Congo/Kinshasa un pays hautement stratégique, convoité par tant d’Acteurs internationaux et nanti de richesses immenses et diversifiées et de potentialités industrielles et économiques considérables - est forcément un combat dur et qui dure, un long processus enrichi au cours de l’histoire par des acquis qui se sédimentent de génération en génération, un processus fait de victoires d’étapes lors des batailles impitoyables, sanglantes et menées très souvent avec de «longs couteaux».

C’est à la fin qu’il faudra cueillir les fruits et récolter les résultats. Et le Véritable Héros sera le Soldat Inconnu: celui en qui se seront conservés, cristallisés, condensés et sublimés les convictions, les talents, les énergies, les sacrifices, les efforts et les contributions des Milliers des Compatriotes connus et ceux qui ont agi dans le secret, l’ombre et le silence.

2. Mettre la main à la charrue et aller jusqu’au bout.

Nous contenter d’être des consommateurs passifs des informations, d’être des spectateurs acosmiques, neutres et éthérés qui se tiennent sur le balcon, les bras croisés, distribuant les points à ceux qui se jettent dans la fournaise du combat, se mouillent et se battent sur le terrain; nous complaire dans l’expectative, dans la simple constatation de l’impasse et du blocage politiques actuels et attendre que le régime actuel meure doucement de lui-même de sa belle mort, c’est une stratégie inappropriée, et c’est commettre au moins quatre erreurs:

Rester indifférents à l’aggravation de la Tragédie actuelle:

- C’est: ignorer que ce régime considère le pouvoir comme une vulgaire mangeoire, un moyen d’enrichissement illicite sans travailler et sans être contrôlé ni rendre des comptes et comme un instrument de domination, d’oppression, de prédation et d’extermination: ce régime fera tout pour perdurer le plus longtemps possible. Le régime de Mobutu n‘avait-ii pas perduré pendant 32 ans?

- C’est oublier que ce régime se nourrit du sang de notre Peuple et du pillage des richesses nationales et que par conséquent, il n ‘est nullement gêné par l’ampleur croissante de la Tragédie; il continuera toujours à tuer, à piller et à être ravitaillé en stratégies de manipulation des masses par ses géniteurs, tuteurs et parrains étrangers et qu’il peut donc rebondir ou continuer à vivoter et végéter ainsi même pendant plus de deux décennies comme l’a été le régime de Mobutu. Relisez le Discours de Mobutu sur «Le Mal Zaïrois» (25 novembre 1977), les Interpellations (1978-1979), la Lettre des Parlementaires du Kasaï Oriental sur les Massacres de Katekelayi (Juillet 1979); l’Interview de M. Etienne Tshisekedi à la Libre Belgique (23 octobre 1980); la Lettre des Treize Parlementaires (1er novembre 1980); les Documents sur les Consultations populaires de janvier-mars 1990; le Discours de Mobutu le 24 avril 1990; les Documents de la CNS (1991-1992)...: tous ces Documents démontrent que la crise congolaise est là déjà depuis longtemps et s’est amplifiée d’année en année, et pourtant le régime de Mobutu a encore perduré jusqu’à sa défaite militaire le 17 mai 1997 face à I’AFDL!

- C ‘est refaire la même erreur que celle commise de 1992 à 1997: nous attendions que Mobutu affaibli physiquement et politiquement meure de sa belle mort. Et nous avons été surpris par la création de I’AFDL (un pouvoir d’invasion, d‘occupation, d’oppression, de prédation et d’extermination) et son accession au pouvoir. Nous ne connaissons pas tout ce qui se prépare et se trame en ce moment-ci dans tous les laboratoires et toutes les officines des géniteurs, tuteurs et parrains étrangers des auteurs du hold-up du 28 novembre 2011. Nous devons agir sur le terrain, anticiper et prévenir.

3. L’UDPS doit faire tout ce qui est en son pouvoir et qui est possible de faire pour:

- 1. Stopper l’aggravation exponentielle de la Tragédie et engager le Pays dans la voie du Progrès.

- 2. Arrêter la course folle et ivre du navire congolais qui file à toute vitesse et inexorablement vers la disparition totale de notre Pays et le génocide complet de notre Peuple.

Cette course folle et ivre vers la disparition totale de notre Pays et le génocide complet de notre Peuple est imprimée au navire congolais par un pouvoir étranger imposé par le Rwanda et l’Ouganda au Congo par des armes, la violence et les hold-up électoraux avec la complicité d’une fraction de congolais collabos et traîtres zélés.

Il faut diversifier nos stratégies pour attaquer de toutes parts ce pouvoir avant qu’il n ‘atteigne son objectif final de prédation, de destruction totale et de génocide complet. Sinon, nous aurons été nous tous soit des complices et des traîtres avérés, soit des victimes consentantes et donc indignes, soit des hommes médiocres, méprisables et incapables de trouver des stratégies appropriées pour arrêter des crimes actuellement perpétrés dans notre Pays; débloquer l’impasse politique actuelle; prévenir et éviter la disparition totale de notre Pays et le génocide complet de notre Peuple; contribuer de l’intérieur à rendre effectif l’imperium arraché par le hold-up du 28 novembre 2011 et hâter l’avènement d’un Etat de droit démocratique au Congo et la mise en place des fondements réels et solides de la cohésion nationale, de la paix durable et du progrès.

- 3. Mériter la confiance du Peuple aux élections prochaines.

La diversification des stratégies conduira à l’effondrement rapide du régime déchu et nous permettra d’utiliser le Mandat obtenu le 28 novembre 2011 pour libérer le Pays et le Peuple et engager le pays dans la voie du Progrès. Sinon, sur la base de quel mérite et de quel bilan le Peuple nous élira aux prochaines élections?

- 4. Être parmi les Organisateurs des préparatifs et du déroulement effectif de toutes les prochaines élections.

En poursuivant notre combat avec une seule stratégie d’être en dehors des Institutions Etatiques, nous serons toujours en dehors du processus préparatoire et organisationnel des prochaines élections. Nous continuerons à nous plaindre indéfiniment et inefficacement durant des journées, des mois et des années, de I ‘aggravation exponentielle de la Tragédie, de hold-up électoraux successifs, de crimes politiques et économiques perpétrés par les usurpateurs. Et nos plaintes, lamentations, jérémiades et incantations n’arrêteront ni le cours de l’histoire ni les auteurs de ces hold-up électoraux dans leurs activités maffieuses et criminelles contre notre Patrie et contre notre Peuple.

5. Ravitaillement financier du Parti.

Les contributions financières statutaires de ces Cadres à partir de leurs salaires permettront à l’UDPS, en plus des cotisations des autres Membres, d’initier des programmes importants d’autofinancement du Parti et d’assumer valablement son rôle de Force Motrice, d’Ame et de Catalyseur du Combat politique pour la libération nationale.

6. Le Fonctionnement normal du Parti.

Tous les Organes de 1’UDPS (Direction politique, Fédérations, Cellules, Organes spécialisés...) pourront disposer des moyens de leurs politiques et fonctionner de façon efficace, efficiente et optimale.

7. La mobilisation des Membres et de la Population pour des actions de masse

Toutes les activités de mobilisation et de Combat nécessitent beaucoup de moyens financiers. Les seules cotisations des simples membres ne suffisent pas à couvrir des dépenses ad hoc.

8. Le Lobbying et le Marketing du Parti

Les conférences, les voyages, le lobbying et le marketing du Parti auprès des Partenaires, Amis et Alliés ainsi que de tous les Acteurs Internationaux nécessitent beaucoup de moyens financiers.

9. Le Combat pour le respect systématique de la volonté libre et souveraine de notre Peuple en général et le triomphe de la «Vérité des urnes» issue de l‘Election Présidentielle du 28 novembre 2011 en particulier.

Le Combat de libération nationale doit devenir systématique et total, et être mené non seulement à partir de l’extérieur des Institutions Etatiques, de la Rue et de la Diaspora congolaise, niais aussi à partir de l’intérieur des Institutions Etatiques illégitimes et illégales par un groupe de Gouvernants démocrates.

Ces Cadres porteront au cœur même du pouvoir et des institutions le débat de «La Vérité des urnes» issue de l’Election Présidentielle du 28 Novembre 2011, c’est-à-dire la Dis qualification de l’usurpateur-imposteur en tant que Candidat et en tant que Président de la République, et la Victoire Eclatante de M. Etienne Tshisekedi.

10. La participation de I’UDPS aux Institutions illégitimes et illégales est ardemment souhaitée par les usurpateurs pour donner une certaine crédibilité à ces Institutions

Il faut saisir cette opportunité: que ces Cadres de I’UDPS engagés dans ces Institutions illégitimes et illégales, les phagocytent et y démontrent qu’eux savent être de véritables hommes d‘Etat, des patriotes et des démocrates; gouverner autrement et gérer mieux que les usurpateurs.

Aux prochaines élections, le Peuple tiendra compte de leurs exemples des gestionnaires compétents, crédibles, incorruptibles, excellents et responsables.

L’absence de vision commune, d’un même projet de société, d’un même programme, de convergence de volontés, de consciences, de convictions et de comportement va automatiquement exacerber les conflits et les contradictions dans ces Institutions Etatiques mises en place pour la cohésion nationale bâtie sur des braises et sur le sable mouvant.

Ces Conflits et contradictions vont paralyser et bloquer, de l’intérieur, le fonctionnement harmonieux de ces Institutions, les discréditer et précipiter leur échec, leur effondrement et leur éclatement.

Rappelons-nous comment la simple juxtaposition des visions, des objectifs et des intérêts divergents avait amené les acteurs au sein de la formule 1+4 à se contredire entre eux dans les déclarations et les décisions et à se chamailler du matin au soir comme des enfants qui pataugeaient dans la boue. Malgré le prolongement anticonstitutionnel de la Transition initialement prévue pour deux ans à trois ans, ils n ‘ont pu réaliser aucune des Résolutions du DIG.

Aujourd’hui aussi, les usurpateurs siégeant avec les Cadres de I’UDPS offriront le même spectacle à l’opinion et ne réussiront pas la fameuse «cohésion nationale» pour la quelle ces Institutions auront été mises en place. Au contraire, la rupture totale et le fossé profond et infranchissable qui existent entre le Peuple et eux transparaîtront trop clairement devant l’opinion.

Et les Cadres de I‘UDPS présents dans ces Institutions auront grandement contribué à mettre à nu l’absence de volonté politique, la médiocrité, l’incompétence et la perversion des usurpateurs, la trahison des mercenaires étrangers présents dans les Institutions et de leurs complices congolais ainsi que l’ampleur de la rupture de confiance et la profondeur du fossé existant entre les usurpateurs et le Peuple (...).

Qu’il y ait des élections en 2016 ou anticipativement à cause de l‘éclatement inévitable des Institutions, l’UDPS sera ainsi dans tous les cas parmi les organisateurs des préparatifs et du déroulement proprement dit des élections.

Fait le 31 octobre 2013.

Dr François Tshipatnba Mpuila

E-mail: tshipamba.mpuiia@yahoo.fr.

Partager cet article

Repost 0
Published by chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu) - dans Analyse et Forum
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu)
  • Le blog de chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu)
  • : Laboratoire d'intelligence, renseignements et coaching politique."Là où il y a la volonté, il y a toujours un chemin."
  • Contact

Profil

  • chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu)
  • Président de "Debout pour le Congo", Coordinateur de "Réfléchissons ensemble" et Secrétaire rapporteur de FOSPEKA.Président de l'ASBL "Le BERCEAU". Homme intègre et grand défenseur des droits des hummains.
  • Président de "Debout pour le Congo", Coordinateur de "Réfléchissons ensemble" et Secrétaire rapporteur de FOSPEKA.Président de l'ASBL "Le BERCEAU". Homme intègre et grand défenseur des droits des hummains.

Recherche

Liens