Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 09:19

 

   Pour mémoire  

30/07/2013 à 18h:40 Par Trésor Kibangula
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Vidéo YouTube de l'adresse du général Ndenguet à Brazzaville. Vidéo YouTube de l'adresse du général Ndenguet à Brazzaville. © Capture d'écran/J.A.

Une vidéo circule sur les réseaux sociaux, montrant le général Jean-François Ndenguet, directeur général de la police du Congo-Brazzaville, tenir des propos scandaleux contre les Congolais de la RDC.

Le sujet dérange sur les deux rives du fleuve Congo. Une vidéo mis en ligne sur Youtube et relayée sur les réseaux sociaux depuis le 27 juillet montre le général Jean-François Ndenguet, responsable de la police au Congo-Brazzaville, en train de tenir des propos scandaleux à l’endroit des Congolais de la RDC, particulièrement les Kuluna, ces gangs de Kinshasa qui se seraient exportés à Brazzaville.

« Notre problème n’est pas le contrôle des Ouest-Africains. La lutte que nous menons, c’est contre les Kuluna. (…) Que ces Zaïrois [Congolais de la RDC, NDRL] aillent semer des troubles dans leur pays. Ici chez nous, nous n’en voulons pas. C’est pourquoi, ces Zaïrois, nous allons commencer à les tuer ! », argue, en lingala, Jean-François Ndenguet  devant une foule acquise qui applaudit chaque phrase du général.

Selon le journal Le Potentiel paraissant à Kinshasa, le responsable de la police du Congo-Brazzaville, a tenu ses « propos criminogènes à caractère xénophobe » lors de sa « tournée dans un des quartiers populeux de Brazzaville ». Le quotidien congolais s’inquiète du « silence des autorités du Congo-Brazzaville sur ce dérapage verbal » et dit attendre toujours « la réaction officielle de la RDC ».



Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Vidéo : quand Jean-François Ndenguet, chef de la police congolaise, dérape | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique
Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook

 

Affaire NDENGUET

« Makambo ya ba contrôle na ba Ouest-Africain ezali te, la lutte topesi tokosala lutte contre ba kuluna. Nyien nyien moto oyo boyebi azali kuluna ba zaïrois wana, bakende kosala mobolu na Kinshasa epai na mboka na bango. Tolingi bango lisusu awa te. Yango wana ba Zaïrois wana biso tokoboma bango. Toyokani bien ? » Paroles du Général NDENGUET.

Kuluna : phénomène né à Kinshasa depuis quelques temps, regroupant des jeunes voyous ou marginaux en gangs ultra-violents espèce des bandes de guerriers. Au départ ils se battaient spécialement entre bandes rivales en usant de toute sorte d’armes blanches(des bouteilles, des machettes, des bâtons, des couteaux, des barres de fer…). Ils circulent toujours par plusieurs dizaines ou centaines pour pouvoir s’imposer sur des gangs adverses. Opèrent des Vols, agressions à la machette sur fond de misère sociale... La police supposée anti-kuluna a bien du mal à endiguer cette délinquance et le gouvernement de la RDC reconnait que c’est un fléau impossible à contenir. Les kulunas, pour la plupart sont des anciens enfants des rues.

Depuis quelques années ce phénomène a commencé par opérer au vu et au su de tout le monde par une espèce des descentes punitives d’une bande de voyous d’un quartier contre une autre bande d’un autre quartier. Et après ils ont étendu leur forfait lorsqu’ils ont commencé à dépouiller les paisibles citoyens se trouvant sur leur chemin,  avant d’atteindre le lieu de confrontation, de tous les biens et se mettaient à vandaliser les véhicules des passants.

L’état n’ayant pas pris la mesure de ce phénomène, il a évolué en un système de vol et de raquette autour de ces bandes organisées, constituées spécialement des jeunes voyous, fumeurs des drogues dures ou de ses dérivées ou encore des liqueurs fortes vendues à vil prix à Kinshasa (soupou ne tolo).      

Et aujourd’hui le mal est devenu très profond. Le KULUNA constitue un danger permanent pour la sécurité des personnes et de leurs biens. Issus des familles pauvres, aidés par l’absence d’un véritable Etat de droits, ces jeunes sèment la peur et la désolation dans la population. On en cherche plus, les Kulunas sont partout présents à travers toute la ville de Kinshasa. Le drame a fini par être intégré dans la vie des Kinois comme ils ont pu le faire pour d’autres maux. Profitant du manque constant de l’électricité à Kinshasa, ces jeunes désœuvrés ravissent de l’argent, des téléphones, des bijoux et autres biens précieux de passants.

Rassurés de la passivité, sinon de la complicité des policiers supposés assurer la sécurité dans certains lieux publics, les Gangs ne craignent plus une intervention de certains témoins gênants. Pour une tentative de vol dénoncé à temps, ils ne manquent pas de menacer et même d’agresser tous ceux qui ont fait capoter le coup. C’est cela qui révolte plus d’un dans la ville de Kinshasa que l’on surnomme à tort ou à raison « la ville des kuluna et des shegués », parce qu’ils opèrent au vu et su de tout le monde et des forces de l’ordre, sans être inquiétés le moins du monde.

Posons-nous la question de savoir si réellement les kulunas zaïrois tel que nous venons de l’expliquer existent-ils réellement en République du Congo ? Dans la mesure où il faudrait que les bandes entières des voyous de Kinshasa puissent traverser le fleuve afin de se constituer en gangs pour pouvoir opérer dans la ville avec la bénédiction ou la complicité de la police locale.

 

Comme souvent, lorsque les régimes dictatoriaux ne sont pas menacés dans leur propre existence ils souffrent de la cécité sur tout ce qui arrive à leur peuple.

En novembre 2012 les images des policiers congolais (Congo-Brazzaville) entrain de déshabiller deux jeunes congolaises (RDC), les images que les tortionnaires ont eux-mêmes postées sur la toile avaient fait le tour du monde. La suite de cette scène est connue même si elle n’a pas été filmée car les deux filles ont connu le viol en réunion par tous les policiers en service. Un ancien policier, aujourd’hui réfugié en France parle d’une habitude depuis quelques temps ancrée dans tous les policiers qui font des patrouilles dans la nuit à Brazzaville. Le viol en réunion des policiers sur les filles de Kinshasa et confirme que si NDENGUET est resté muet à la publication de ces images des policiers sur les deux filles c’est parce qu’il sait que ça se passe toutes les nuits. Et confirme que parmi les policiers violeurs des jeunes filles Kinoises certains pour la plupart sont ses petits de confiance(ses proches). 

Récemment c’est le tour de la Garde républicaine du Président SASSOU de faire son show en dénudant les femmes congolaises(RDC) qu’elle présente comme étant des prostituées en mettant leur film sur la toile. Et toujours pas des sanctions officielles avérées de la part de la hiérarchie qui relève du pouvoir discrétionnaire du Président de la République lui-même.   

Et voilà qu’aujourd’hui, le Général NDENGUET en appelle à son tour et publiquement au meurtre des Zaïrois en utilisant les mots que le commun des congolais aimerait bien entendre de leurs dirigeants pour passer à l’acte. Et le Général sait très bien qu’en prononçant ces mots les congolais(de la République du Congo) ne feront pas de distinguo entre le Kuluna Zaïrois et le Zaïrois tout court dans les rues de Brazzaville ou d’ailleurs. Déjà, le fait de dire ‘’ Zaïrois’’ le Général NDENGUET sait lui-même le mépris que porte ce qualificatif en République du Congo et en a pesé les conséquences.

Edouard ETSIO, écrivain congolais le dit bien dans son livre intitulé : CONGO 2000, Etat des lieux, publié chez l’Harmattan à la page 193 « Au début des années 80 après le boum pétrolier qui finit par accélérer la récession économique, le pouvoir chargea un griot émérite pour amuser et distraire le public. Les recettes pétrolières étaient si considérables et la redistribution du produit national brut si faible qu’il fallut trouver un subterfuge pour faire passer la pilule auprès des ménages congolais. Ce furent les contes et les légendes de la brousse qui servirent d’opium du peuple. Georges EMBANA, membre du Parti congolais du Travail et Animateur à la Voix de la Révolution congolaise créa une émission radiophonique qu’il intitula LISAPO. L’émission consistait à conter en langue nationale les légendes du folklore congolais. Les talents du narrateur étaient si bons qu’en dehors des chroniques nécrologiques, son émission réalisait le meilleur audimat. Infatigable, EMBANA occupa la radio et la télévision au cours de trois émissions respectives : LISAPO, KEBA NA CAMERA et NZELA YA QUINQUENNAT. La popularité internationale de l’émission LISAPO (conte) valut à son animateur une invitation à Kinshasa où il réussit l’exploit de remplir un stade de football à l’occasion d’une émission publique. Comme nous étions loin de la guerre des ondes entre les deux pays ! De toutes les émissions de Georges EMBANA, KEBA NA CAMERA (méfiance à la caméra !) fut la plus politiquement incorrecte. Elle visait à désigner les ressortissants zaïrois de Brazzaville comme les boucs émissaires de tous les malheurs des congolais (vol, prostitution, vandalisme, escroquerie etc…).

Sa propagande xénophobe porta tellement des fruits que sous Lissouba le pire arriva. Incapable de gérer ses propres contradictions, le régime Lissouba expulsa les Zaïrois du territoire congolais. Le bateau affrété pour amener les malheureux à Kinshasa fit naufrage au port de Brazzaville. Bilan une centaine de morts et plusieurs disparus ». C’est l’effet que le Général NDENGUET recherche aujourd’hui. 

Est-ce-que le Général NDENGUET a-t-il vu dans les rues de Brazzaville des gangs des zaïrois voyous circulés, tenant dans leurs mains toute sorte d’armes blanches (couteaux, barres de fer, machettes…) se diriger vers un autre quartier ou arrondissement de Brazzaville dans le but d’aller attaquer une autre bande ? Et au passage ravir les biens des paisibles citoyens Brazzavillois? Parce que c’est ça le KULUNA de Kinshasa. Le Général NDENGUET n’a pas montré les images de ce type de banditisme à Brazzaville.

Ou c’est le vol d’un individu zaïrois isolé ou de deux ou trois personnes originaires de Kinshasa soit-il organisées en bande de malfaiteurs qui devrait constituer pour le Général NDENGUET l’existence du phénomène KULUNA dans Brazzaville qui suffirait pour appeler au meurtre des Zaïrois ? Certes, le but du Général serait peut-être de faire sa publicité en cherchant à opposer des jeunes congolais de Brazzaville aux congolais de Kinshasa vivant sur leur territoire, mais  NDENGUET ne se serait-il pas trompé de cible ? 

Voilà qu’après les déclarations du Général NDENGUET, l’effet recherché par ce dernier a fait des victimes. Certains congolais dans plusieurs départements sont passés à l’acte en posant des actes criminels sur les citoyens congolais(RDC) vivant au Congo-Brazzaville. Nous pensons que ces victimes de l’intolérance raciale perpétrée sur ordre du Général NDENGUET qui viennent de voir leur plainte déclarée recevable par les Tribunaux belges méritent notre soutien et ceci éviterait peut-être aux déclarations du Général Ndenguet de faire des nouvelles victimes.

Bruxelles, le 19/08/2013

 

      Pour la FCI

Coordinateur Général

   Babi BALUKUNA

Partager cet article

Repost 0
Published by chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu) - dans Analyse et Forum
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu)
  • Le blog de chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu)
  • : Laboratoire d'intelligence, renseignements et coaching politique."Là où il y a la volonté, il y a toujours un chemin."
  • Contact

Profil

  • chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu)
  • Président de "Debout pour le Congo", Coordinateur de "Réfléchissons ensemble" et Secrétaire rapporteur de FOSPEKA.Président de l'ASBL "Le BERCEAU". Homme intègre et grand défenseur des droits des hummains.
  • Président de "Debout pour le Congo", Coordinateur de "Réfléchissons ensemble" et Secrétaire rapporteur de FOSPEKA.Président de l'ASBL "Le BERCEAU". Homme intègre et grand défenseur des droits des hummains.

Recherche

Liens