Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 12:01

 

 

 

Joseph Kabila a-t-il floué tous les participants aux concertations ou ignorait t-il la constitution de la République?  

Louis Kapitene

A toute la classe politique congolaise, majorité, opposition et société civile.

A défaut de sauver le Congo, sauvons au moins nos compatriotes emprisonnés au nom de la loi.

Quid de l’article 87 de la constitution de la RDC : "Le président de la République exerce le droit de grâce. Il peut remettre, commuer ou réduire les peines".

Berco (Bureau d’études et des réflexions pour le bien-être des Congolais) attire l’attention de l’opinion tant nationale qu’internationale que les concertations convoquées à Kinshasa ne sont nullement motivées par le souci du régime de Kinshasa d’apaiser les tensions sociales et politiques palpables en République Démocratique du Congo.

Au mois de Juin 2013, Monsieur Joseph Kabila a signé une ordonnance présidentielle convoquant les concertations nationales en vue de favoriser la
cohésion nationale, et pour justifier cette option, il s’est référé à l’article 69 de la constitution de la RDC et non à l’accord cadre d’Addis-Abeba moins encore
à la résolution 2098, article14.b du Conseil de sécurité relative à "la promotion d’un dialogue politique transparent et sans exclusive entre toutes
les parties prenantes congolaises en vue de favoriser la réconciliation et la démocratisation et encourager l’organisation d’élections provinciales et locales
crédibles et transparentes".

Curieux tout de même, lors de son discours d’ouverture desdits travaux, répondant verbalement aux revendications de certains opposants et membres
de la société civile, conditionnant leur participation à la libération de tous les prisonniers politiques et d’opinions en vue de décrisper l’environnement
politique. Monsieur Kabila, comme pour rassurer les uns et les autres, a révélé qu’une loi d’amnistie serait en étude dans ses bureaux et sera discutée au
parlement.

Je feins de rire: "Toute la salle remplie de plus de 700 personnes a applaudi, comme si Kabila venait d’opérer un miracle".

Chers compatriotes, chers politiciens,

Kabila est un joueur exigeant, prêt à recevoir et non à donner ou partager, les événements qui suivent sont révélateurs et corroborent la mauvaise foi du
joueur professionnel Kabila au détriment des locaux que sont les Congolais :

Scénario1: Les membres de la diaspora congolaise ont conditionné leur participation, principalement à la libération des prisonniers
politiques et d’opinions, Réponse de Kabila: tournez-moi une vidéo dans laquelle vous vous engagez à prendre part aux concertations nationales. Les
élèves dociles se sont livrés à cet exercice périlleux et ont tourné une vidéo qu’ils ont envoyé à Kinshasa, en contrepartie: Kabila a utilisé la vidéo sans
honorer ses engagements c’est-à-dire la libération des prisonniers politiques. Déception dans une certaine diaspora.

Scénario 2 : Après avoir suivi la mésaventure du scénario1, l’opposition locale n’a tiré aucune leçon, elle a tenté sa chance, participera ou participera pas?
Clément Kanku, MLC, Mfumu Ntoto décident d’y aller sans tenir compte du scénario1. Conséquence directe ou succession de déceptions, l’élu du peuple,
j’ai cité : Clément Kanku après avoir pris une part active aux travaux préparatoires, se réveille, crie, pleure, dénonce, Kabila et les siens ne font aucune concession, la preuve, les travaux vont démarrer" et les prisonniers politiques et d’opinions restent logés à la même enseigne.

Scénario 3 : L’autre partie de l’opposition: Jean-Claude Vuemba, Vital Kamerhe et autres, eux ils sont contre, raison avancées, très divergentes, pour les autres Kabila doit se rencontrer avec Etienne Tshisekedi et ce sera fini, pourquoi faire? aucune proposition concrète, seule dénominateur commun très
contradictoire "TOUCHE PAS A MON ARTICLE 220", car Kabila doit quitter le pouvoir le 19 Décembre 2016. Mensonge, manipulation et manque de vision
politique. La preuve: le Sénat congolais est illégitime depuis 2011, Kengo est encore sénateur.

Scénario 4: Vital Kamerhe, ancien président du parlement congolais, resté jusque là cohérent et fidèle à son refus de participer aux concertations
convoquées par Joseph Kabila,..ne lui tenons pas rigueur, il n’est pas juriste, mais il reste le seul à ce stade qui fait appel aux textes légaux. Pour lui, la
seule base légale d’un probable dialogue ou de concertation (problème de sémantique) reste la résolution 2098 du conseil de sécurité. Opinion que je
partage largement. Seul péché, normal et naturel pour un politicien devant les médias du monde entier, c’est tentant: " Touche pas à mon article 220", car
le mandat de Kabila prend fin le 19 décembre 2016 et ce sera son dernier mandat. Et il enchérit, il sera candidat en 2016.

Scénario 4: Limeté, les intouchables, eux au moins rassurent le peuple, vous pouvez dormir et vous réveiller tranquillement, aucune surprise désagréable ne vous révoltera. Cependant, devons-nous dire qu’ il y a le règne de la confusion ou du progrès, question difficile à trancher avec cohérence
et lucidité. A Limété : deux sons de cloche: lutte pour la vérité des urnes, pour cette raison, on ne parle pas de 2016, tout peut changer, tout peut arriver, ils ont raison. Difficile de faire semblant au camp adverse: on dénonce les concertations, car, Kabila les a convoquées pour obtenir la modification de la
constitution que l’on a combattu ou soutenu selon le gré des circonstances, conclusion" TOUCHE PAS A MON ARTICLE 220".

Sincèrement ! chers lecteurs, heureusement que je reste conscient qu’il s’agit d’une discussion en sciences humaines, mais en RDC, ça évolue vite,
positivement ou négativement? Pour faire échec aux concertations ou à toute autre forme de dérive, à Limeté, on présente la recette indigeste de l’aricle 64
al1 de la constitution prétendûment de Kabila, alors que le même art 64 al2, ne favorise pas pareille attitude mieux ce genre de risque.

Scénario 5: CPI , actuel siège de MLC, ici pas beaucoup de commentaires, c’est un parti atypique, il n’y a plus lieu de demander la libération des prisonniers politiques, car le leader s’y conforte et pose tous les actes citoyens, alors que logiquement,il devait être déchu de son mandat, car étant empêché du fait de cette longue incarcération. Soit, vivons avec, c’est un pari risqué de connaître ou deviner l’attitude de ce parti, vu la versatilité de ses prises de position.

L’avantage du scénario 5, c’est le fait qu’avec ce parti, "l’INACCEPTABLE" a fait clairement ressortir que Kabila est un mauvais joueur, il aime recevoir, mais pas donner. La preuve, Jean Pierre Bemba a donné à travers le fameux et historique "J’ai accepté l’inacceptable", quel bel exemple de démocratie, en contrepartie ou en échange Kabila a doté le MLC d’un siège à la Cour Pénale Internationale de La Haye pour l’aider à mieux gérer son parti.

Chers compatriotes, chers politiciens,

UNISSONS-NOUS autour de l’article 87 de la constitution, et obtenons la libération de nos frères sur la seule base de l’article 87, on n’a pas
besoin de la longue procédure de loi d’amnistie pour ceux qui sont déjà en prison. De la même manière que Kabila à invoqué l’article 69 pour vous inviter
aux concertations, exigez-lui de faire application de l’article 87 avant toute participation aux travaux.

Voilà, la mauvaise foi du joueur Kabila, lorsqu’il faut donner quelque chose aux Congolais...

Les Congolais étaient surpris d’apprendre le retrait des concertations de l’Honorable Clément Kanku, nous disons que vous êtes député malgré le
désaveu des Congolais, et vous supplions de retourner aux travaux afin de plaider pour que l’article 87 de la constitution soit appliqué. Il s’agit d’un pouvoir discrétionnaire que Kabila refuse d’accorder aux Congolais. Cette disposition est le socle de toute tentative de décrispation politique et de consolidation de la cohésion nationale. Nous vous le demandons, parce que vous siégez toujours et encore au parlement de Kabila.

Pouvez-vous nous dire concrètement les mécanismes prévus pour que les prisonniers politiques participent aux concertations à partir de leurs cellules de
détention pour un dialogue inclusif? Un heureux et glorieux précédent renseigne, que les participants à la table ronde de1960 avaient conditionné leur
participation aux travaux à la libération de Patrice Emery Lumumba et consorts, anciennement prisonniers politiques et d’opinions.

Tous ensemble devant nos portes, exigeons l’application de l’article 87, sinon à quoi bon attendre de Kabila un avenir dès lors qu’il nous refuse une faveur,
un droit en sa possession(Art.87). " BOSOSOLA!".

Ce qui nous éviterait le Scénario 6; Car Kabila est conscient qu’il est impossible en ce moment avec la présence de Minaku et Kengo au présidium des concertations, des députés comme membres de plusieurs commissions et organes des concertations; d’arrêter ces dernières pour aller débattre de la loi
d’amnistie. Pourtant l’article 87 sus invoqué reste le seul raccourci légitime pour manifester la bonne foi.

Au moins, Kabila aura réussi à tromper et manipuler les Congolais devant la face du monde avec les concertations sans rien donner en retour. Et les
compatriotes resteront encore longtemps en prison.

On ne peut s’empêcher de dire un mot sur l’appât aux concertations, à savoir le per diem et le gouvernement de large union nationale:

Pour autant que les Congolais soient les grands bénéficiaires de ces masses financières injectées par le gouvernement congolais, nous en faisons une
entreprise ponctuelle permettant aux chômeurs politiques congolais de subvenir aux besoins de leurs familles, amis et proches. Notre demande à votre
endroit, c’est d’étendre votre générosité aux orphelins, aux enseignants et aux multiples personnes vivant dans la précarité. Donnez un sens humanitaire à
vos per diem, scolarisez les enfants des autres, faites des dons aux écoles, dotez les hôpitaux des médicaments...ce sera orienter le détournement déguisé
des deniers publics aux causes justes.

Quant au gouvernement de large union nationale préconisée par Léon Kengo, il s’agit malheureusement de la forme déguisée de donner la bonne mort aux
institutions de l’Etat issues du processus référendaire ayant donné naissance à la constitution du 25-02-2005.

Qu’est ce qui va arriver? La paralysie des institutions de l’Etat qui est déjà en marche depuis la signature de l’ordonnance convoquant les concertations
nationales, celles-ci accoucheront d’un gouvernement de large union nationale anticonstitutionnelle, vu que non issues des élections. Conséquences
logiques: -redistribution des cartes politiques au niveau de toutes les institutions, car dorénavant la République sera gouvernée par consensus.

Les grands malheureux seront les députés en ce moment distraits qui ne comprennent pas que Léon Kengo qui avait récolté 4% des voix sur toute
l’étendue de la République est juste entrain de se donner une certaine posture mieux santé politique, grâce à un retour au pouvoir par consensus. En
conclusion: au sortir de ces concertations le Congo sera face à trois situations:
1) la suspension de la constitution ou sa réadaptation " Révision"
2) la paralysie des institutions de l’Etat (éventuelle dissolution du parlement actuel)
3) Plus personne ne sera en mesure de se référer à l’imbroglio du 28 Nov 2011

De ces concertations qui en sortiront les grands gagnants ou perdants?

A) Les Gagnants : La palme d’or revient sans nul doute au champion toutes catégories Joseph Kabila, signe prémonitoire, son premier goal, il l’a marqué
en faisant voir aux congolais qu’en vertu de l’article 69 de la constitution, il peut convoquer les concertations, il n’a pas tort, OK "RAÏS". Son deuxième goal: à propos de la libération des prisonniers politiques, Question: es-tu prêt à pardonner tes adversaires? "OUI", une loi d’amnistie est/sera à l’étude au
parlement. Mensonge, mauvaise foi, manipulation, le "RAÏS" refuse de pardonner les Congolais sur base de l’article 87 de la constitution qui dispose" LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE EXERCE LE DROIT DE GRACE. IL PEUT REMETTRE, COMMUER OU REDUIRE LES PEINES."

Curieusement, comme hypnotisée, personne dans la classe politique n’invoque cet article 87, pour contraindre Kabila à libérer les prisonniers avant la tenue
des travaux des concertations. Fin de la première mi-temps. Le match se joue encore......, Ce sera injuste , Kabila n’a pas gagné seul, il y a aussi tous les
chômeurs politiques et civils qui sont déjà aux concertations, ça ne sera pas pour un emploi précaire, il faudrait leur accorder une prime de reconnaissance
du fait de leur présence dans le processus.

B) LES Perdants: Malheureusement, le peuple congolais dont les droits à la justice, au salaire, à l’éducation, au travail et à la sécurité ne sont pas
tributaires des concertations nationales, est malgré tout invité à attendre l’issue des fameuses concertations. Quel gâchis???, Les instituions de l’Etat vivent déjà au rythme de la paralysie...

Au stade actuel de la première m-temps, voici le résultat:: - Kabila a gagné le concret: participation aux concertations.
- Le peuple a obtenu des promesses et des rêves, Kutino, Chalupa etc...sont encore en prison tandis que Kabila est aux concertations et garde son poste.

Saluons tout de même les gardiens de l’Etat qui ont émis à juste titre des réserves sur ces concertations.

Aimons le Congo, Reconstruisons le Congo, Protégeons le Congo !!!

BERCO (Bureau d’études et des réflexions pour le bien-être des Congolais).

Louis Kapitene
© Congoindépendant 2003-2013

Partager cet article

Repost 0
Published by chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu) - dans Analyse et Forum
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu)
  • Le blog de chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu)
  • : Laboratoire d'intelligence, renseignements et coaching politique."Là où il y a la volonté, il y a toujours un chemin."
  • Contact

Profil

  • chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu)
  • Président de "Debout pour le Congo", Coordinateur de "Réfléchissons ensemble" et Secrétaire rapporteur de FOSPEKA.Président de l'ASBL "Le BERCEAU". Homme intègre et grand défenseur des droits des hummains.
  • Président de "Debout pour le Congo", Coordinateur de "Réfléchissons ensemble" et Secrétaire rapporteur de FOSPEKA.Président de l'ASBL "Le BERCEAU". Homme intègre et grand défenseur des droits des hummains.

Recherche

Liens