Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 16:34

 

 

image etienne TSHISEKEDI

 
Étienne Tshisekedi
Homme politique
Étienne Tshisekedi wa Mulumba, né à Kananga le 14 décembre 1932, est un homme politique de la République démocratique du Congo, ancien Premier ministre du Zaïre et président de l'Union pour la démocratie et le progrès social. Il est d'origine luba. Wikipédia
 Parti : Union pour la démocratie et le progrès social
 

 

 

     On peut l'aimer ou ne pas l'aimer. Mais on ne peut pas ne pas constater la cohérence dans son positionnement.  Etienne Tshisekedi a cessé d'être opposant au lendemain de l'élection présidentielle de 2011. La raison ? Il a gagné le scrutin et se considère depuis comme " Président de la République ". Exit donc l'opposition. L'Assemblée nationale est " truffée ", à ses yeux,  de députés mal élus. L'antidote est tout trouvé: méconnaissance de la Chambre.   C'est en vertu de cette logique toute tshisekedienne que Pétunias a refusé de participer au conclave de l'opposition.  On ne peut tout de même pas être à la fois " chef de l'Etat " et leader de l'opposition.

     Etienne Tshisekedi a clarifié sa position. Ceux qui se réclament de lui savent sur quel pied danser. Dans la nébuleuse opposition congolaise, il ne faut  plus compter avec l'Udps. Ni surtout sur l'Udps. On peut ironiser sur la dialectique du lider maximo. On peut disserter à  l'envi  sur le côté  surréaliste de la ligne de Limete. Mais, au moins, cette position est frappée du sceau de la cohérence.

     A l'inverse, la clarté n'est pas la qualité première de  nombre d'opposants. Y compris dans les rangs de ceux qui battent pavillon " Tshisekedi ".  Comment attendre d'une personne que l'on ne reconnaît pas comme chef de l'Etat qu'elle convoque le Dialogue  et non les Concertations?  Au nom de quelle cohérence peut- on siéger dans un hémicycle comme député - en votant les lois, en investissant  le Gouvernement, en effectuant des missions officielles à l'extérieur- et crier à la légitimité du seul chef de l'Etat ? Lui qui a été élu le même jour et dans les mêmes conditions que les autres élus du 28 novembre 2011.

     Un député, quel que  soit son bord politique,  est d'abord le garant de l'ordre institutionnel en place. Pour contourner la contradiction qu'il pressentait déjà, le leader de l'Udps s'est volontairement mis en dehors du champ institutionnel.  A lui au moins, personne ne saurait intenter le procès de l'ambiguïté.  JN.

 

 

 

Votre réseau de partage

Le Ngombol  

 

Etienne Tshisekedi

On peut l'aimer ou ne pas l'aimer. Mais on ne peut pas ne pas constater la cohérence dans son positionnement. Etienne Tshisekedi a cessé d'être opposant au lendemain de l'élection présidentielle de 2011. La raison ? Il a gagné le scrutin et se considère depuis comme " Président de la République ". Exit donc l'opposition. L'Assemblée nationale est " truffée ", à ses yeux, de députés mal élus. L'antidote est tout trouvé: méconnaissance de la Chambre. C'est en vertu de cette logique toute tshisekedienne que Pétunias a refusé de participer au conclave de l'opposition. On ne peut tout de même pas être à la fois " chef de l'Etat " et leader de l'opposition.

Etienne Tshisekedi a clarifié sa position. Ceux qui se réclament de lui savent sur quel pied danser. Dans la nébuleuse opposition congolaise, il ne faut plus compter avec l'Udps. Ni surtout sur l'Udps. On peut ironiser sur la dialectique du lider maximo. On peut disserter à l'envi sur le côté surréaliste de la ligne de Limete. Mais, au moins, cette position est frappée du sceau de la cohérence.

A l'inverse, la clarté n'est pas la qualité première de nombre d'opposants. Y compris dans les rangs de ceux qui battent pavillon " Tshisekedi ". Comment attendre d'une personne que l'on ne reconnaît pas comme chef de l'Etat qu'elle convoque le Dialogue et non les Concertations? Au nom de quelle cohérence peut- on siéger dans un hémicycle comme député - en votant les lois, en investissant le Gouvernement, en effectuant des missions officielles à l'extérieur- et crier à la légitimité du seul chef de l'Etat ? Lui qui a été élu le même jour et dans les mêmes conditions que les autres élus du 28 novembre 2011.

Un député, quel que soit son bord politique, est d'abord le garant de l'ordre institutionnel en place. Pour contourner la contradiction qu'il pressentait déjà, le leader de l'Udps s'est volontairement mis en dehors du champ institutionnel. A lui au moins, personne ne saurait intenter le procès de l'ambiguïté. J.N

- See more at: http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/editorial-tshisekedi-la-palme-de-la-coherence#sthash.Un6m5DSi.dpuf

 

 

Etienne Tshisekedi

On peut l'aimer ou ne pas l'aimer. Mais on ne peut pas ne pas constater la cohérence dans son positionnement. Etienne Tshisekedi a cessé d'être opposant au lendemain de l'élection présidentielle de 2011. La raison ? Il a gagné le scrutin et se considère depuis comme " Président de la République ". Exit donc l'opposition. L'Assemblée nationale est " truffée ", à ses yeux, de députés mal élus. L'antidote est tout trouvé: méconnaissance de la Chambre. C'est en vertu de cette logique toute tshisekedienne que Pétunias a refusé de participer au conclave de l'opposition. On ne peut tout de même pas être à la fois " chef de l'Etat " et leader de l'opposition.

Etienne Tshisekedi a clarifié sa position. Ceux qui se réclament de lui savent sur quel pied danser. Dans la nébuleuse opposition congolaise, il ne faut plus compter avec l'Udps. Ni surtout sur l'Udps. On peut ironiser sur la dialectique du lider maximo. On peut disserter à l'envi sur le côté surréaliste de la ligne de Limete. Mais, au moins, cette position est frappée du sceau de la cohérence.

A l'inverse, la clarté n'est pas la qualité première de nombre d'opposants. Y compris dans les rangs de ceux qui battent pavillon " Tshisekedi ". Comment attendre d'une personne que l'on ne reconnaît pas comme chef de l'Etat qu'elle convoque le Dialogue et non les Concertations? Au nom de quelle cohérence peut- on siéger dans un hémicycle comme député - en votant les lois, en investissant le Gouvernement, en effectuant des missions officielles à l'extérieur- et crier à la légitimité du seul chef de l'Etat ? Lui qui a été élu le même jour et dans les mêmes conditions que les autres élus du 28 novembre 2011.

Un député, quel que soit son bord politique, est d'abord le garant de l'ordre institutionnel en place. Pour contourner la contradiction qu'il pressentait déjà, le leader de l'Udps s'est volontairement mis en dehors du champ institutionnel. A lui au moins, personne ne saurait intenter le procès de l'ambiguïté. J.N

- See more at: http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/editorial-tshisekedi-la-palme-de-la-coherence#sthash.Un6m5DSi.dpuf
Etienne Tshisekedi

On peut l'aimer ou ne pas l'aimer. Mais on ne peut pas ne pas constater la cohérence dans son positionnement. Etienne Tshisekedi a cessé d'être opposant au lendemain de l'élection présidentielle de 2011. La raison ? Il a gagné le scrutin et se considère depuis comme " Président de la République ". Exit donc l'opposition. L'Assemblée nationale est " truffée ", à ses yeux, de députés mal élus. L'antidote est tout trouvé: méconnaissance de la Chambre. C'est en vertu de cette logique toute tshisekedienne que Pétunias a refusé de participer au conclave de l'opposition. On ne peut tout de même pas être à la fois " chef de l'Etat " et leader de l'opposition.

Etienne Tshisekedi a clarifié sa position. Ceux qui se réclament de lui savent sur quel pied danser. Dans la nébuleuse opposition congolaise, il ne faut plus compter avec l'Udps. Ni surtout sur l'Udps. On peut ironiser sur la dialectique du lider maximo. On peut disserter à l'envi sur le côté surréaliste de la ligne de Limete. Mais, au moins, cette position est frappée du sceau de la cohérence.

A l'inverse, la clarté n'est pas la qualité première de nombre d'opposants. Y compris dans les rangs de ceux qui battent pavillon " Tshisekedi ". Comment attendre d'une personne que l'on ne reconnaît pas comme chef de l'Etat qu'elle convoque le Dialogue et non les Concertations? Au nom de quelle cohérence peut- on siéger dans un hémicycle comme député - en votant les lois, en investissant le Gouvernement, en effectuant des missions officielles à l'extérieur- et crier à la légitimité du seul chef de l'Etat ? Lui qui a été élu le même jour et dans les mêmes conditions que les autres élus du 28 novembre 2011.

Un député, quel que soit son bord politique, est d'abord le garant de l'ordre institutionnel en place. Pour contourner la contradiction qu'il pressentait déjà, le leader de l'Udps s'est volontairement mis en dehors du champ institutionnel. A lui au moins, personne ne saurait intenter le procès de l'ambiguïté. J.N

- See more at: http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/editorial-tshisekedi-la-palme-de-la-coherence#sthash.Un6m5DSi.dpuf
Etienne Tshisekedi

On peut l'aimer ou ne pas l'aimer. Mais on ne peut pas ne pas constater la cohérence dans son positionnement. Etienne Tshisekedi a cessé d'être opposant au lendemain de l'élection présidentielle de 2011. La raison ? Il a gagné le scrutin et se considère depuis comme " Président de la République ". Exit donc l'opposition. L'Assemblée nationale est " truffée ", à ses yeux, de députés mal élus. L'antidote est tout trouvé: méconnaissance de la Chambre. C'est en vertu de cette logique toute tshisekedienne que Pétunias a refusé de participer au conclave de l'opposition. On ne peut tout de même pas être à la fois " chef de l'Etat " et leader de l'opposition.

Etienne Tshisekedi a clarifié sa position. Ceux qui se réclament de lui savent sur quel pied danser. Dans la nébuleuse opposition congolaise, il ne faut plus compter avec l'Udps. Ni surtout sur l'Udps. On peut ironiser sur la dialectique du lider maximo. On peut disserter à l'envi sur le côté surréaliste de la ligne de Limete. Mais, au moins, cette position est frappée du sceau de la cohérence.

A l'inverse, la clarté n'est pas la qualité première de nombre d'opposants. Y compris dans les rangs de ceux qui battent pavillon " Tshisekedi ". Comment attendre d'une personne que l'on ne reconnaît pas comme chef de l'Etat qu'elle convoque le Dialogue et non les Concertations? Au nom de quelle cohérence peut- on siéger dans un hémicycle comme député - en votant les lois, en investissant le Gouvernement, en effectuant des missions officielles à l'extérieur- et crier à la légitimité du seul chef de l'Etat ? Lui qui a été élu le même jour et dans les mêmes conditions que les autres élus du 28 novembre 2011.

Un député, quel que soit son bord politique, est d'abord le garant de l'ordre institutionnel en place. Pour contourner la contradiction qu'il pressentait déjà, le leader de l'Udps s'est volontairement mis en dehors du champ institutionnel. A lui au moins, personne ne saurait intenter le procès de l'ambiguïté. J.N

- See more at: http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/editorial-tshisekedi-la-palme-de-la-coherence#sthash.Un6m5DSi.dpuf
Etienne Tshisekedi

On peut l'aimer ou ne pas l'aimer. Mais on ne peut pas ne pas constater la cohérence dans son positionnement. Etienne Tshisekedi a cessé d'être opposant au lendemain de l'élection présidentielle de 2011. La raison ? Il a gagné le scrutin et se considère depuis comme " Président de la République ". Exit donc l'opposition. L'Assemblée nationale est " truffée ", à ses yeux, de députés mal élus. L'antidote est tout trouvé: méconnaissance de la Chambre. C'est en vertu de cette logique toute tshisekedienne que Pétunias a refusé de participer au conclave de l'opposition. On ne peut tout de même pas être à la fois " chef de l'Etat " et leader de l'opposition.

Etienne Tshisekedi a clarifié sa position. Ceux qui se réclament de lui savent sur quel pied danser. Dans la nébuleuse opposition congolaise, il ne faut plus compter avec l'Udps. Ni surtout sur l'Udps. On peut ironiser sur la dialectique du lider maximo. On peut disserter à l'envi sur le côté surréaliste de la ligne de Limete. Mais, au moins, cette position est frappée du sceau de la cohérence.

A l'inverse, la clarté n'est pas la qualité première de nombre d'opposants. Y compris dans les rangs de ceux qui battent pavillon " Tshisekedi ". Comment attendre d'une personne que l'on ne reconnaît pas comme chef de l'Etat qu'elle convoque le Dialogue et non les Concertations? Au nom de quelle cohérence peut- on siéger dans un hémicycle comme député - en votant les lois, en investissant le Gouvernement, en effectuant des missions officielles à l'extérieur- et crier à la légitimité du seul chef de l'Etat ? Lui qui a été élu le même jour et dans les mêmes conditions que les autres élus du 28 novembre 2011.

Un député, quel que soit son bord politique, est d'abord le garant de l'ordre institutionnel en place. Pour contourner la contradiction qu'il pressentait déjà, le leader de l'Udps s'est volontairement mis en dehors du champ institutionnel. A lui au moins, personne ne saurait intenter le procès de l'ambiguïté. J.N

- See more at: http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/editorial-tshisekedi-la-palme-de-la-coherence#sthash.Un6m5DSi.dpuf

Partager cet article

Repost 0
Published by chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu) - dans Analyse et Forum
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu)
  • Le blog de chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu)
  • : Laboratoire d'intelligence, renseignements et coaching politique."Là où il y a la volonté, il y a toujours un chemin."
  • Contact

Profil

  • chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu)
  • Président de "Debout pour le Congo", Coordinateur de "Réfléchissons ensemble" et Secrétaire rapporteur de FOSPEKA.Président de l'ASBL "Le BERCEAU". Homme intègre et grand défenseur des droits des hummains.
  • Président de "Debout pour le Congo", Coordinateur de "Réfléchissons ensemble" et Secrétaire rapporteur de FOSPEKA.Président de l'ASBL "Le BERCEAU". Homme intègre et grand défenseur des droits des hummains.

Recherche

Liens