Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 11:18

 


 

  •  
  •  

 


Le sommeil, une priorité ! (© Getty Images)
 

Trop de choses à faire ? On coupe dans le sommeil ! Un tel réflexe est-il gage de santé et de productivité ? Pas si sûr. Voici 10 raisons de chouchouter ce temps passé dans les bras de Morphée.

 

1. Pour gagner en productivité

« Souvent, les gens vont couper leurs heures de sommeil de façon volontaire pour gagner en productivité, pour être éveillés plus longtemps, pour avoir une vie sociale, professionnelle et familiale plus remplie » indique Julie Carrier, professeur au Département de psychologie de l'Université de Montréal. « Beaucoup de gens croient encore que dormir est contre-productif. Pourtant, plusieurs études démontrent le contraire... »

« Le manque temporaire de sommeil cause de la fatigue et diminue la motivation, l'initiative et la créativité » écrit justement le psychologue Charles M. Morin dans son livre 'Vaincre les ennemis du sommeil'. « Une privation prolongée de sommeil entraîne une accumulation de somnolence diurne et une aggravation de tous les autres déficits, comme une capacité d'attention réduite, une concentration déficiente et un temps de réaction prolongé. Même les habiletés de résolution de problèmes sont perturbées. »

 

2. Parce que les vrais « dormeurs courts » sont rares

Julie Carrier, aussi directrice du Centre d'étude du sommeil de l'Hôpital Sacré-Cœur de Montréal, évoque un projet de recherche mené au Centre sur les «dormeurs courts», soit ceux ayant besoin de moins de 6 heures de sommeil par nuit pour être en forme. « On avait reçu de nombreuses candidatures, néanmoins le projet a dû être avorté avant terme. La plupart des individus venus en laboratoire présentaient d'importantes carences de sommeil et d'évidents symptômes de somnolence », explique-t-elle sur un ton ironique.

Pour le professeur Morin, « la conséquence la plus sérieuse est la somnolence diurne, provoquant des épisodes de micro-sommeil. Par définition, ces épisodes ne durent que quelques secondes, mais ils peuvent se produire à tout moment de la journée sans même que l'individu ne s'en rende compte. » Si vous connaissez des gens qui disent avoir besoin de dormir peu pour être en forme et qui somnolent souvent en réunion, permettez-vous d'en douter. « C'est rare que les gens se vantent d'être productifs et bon dormeur à la fois, remarque la chercheuse. C'est peut-être une question de culture. »

 

3. Pour être alerte toute la journée

« L'adulte en santé, qui ne souffre pas de troubles du sommeil, devrait être capable de passer au travers d'une journée de 16 heures sans avoir besoin de dormir, explique Mme Carrier. Durant cette période, il devrait demeurer vigilant, au maximum de ses capacités cognitives. » Même si une activité est peu stimulante et dans une salle bondée et surchauffée, si on a suffisamment dormi, on ne devrait pas somnoler », estime la chercheuse.

Un autre indicateur que notre nuit a été reposante à souhait : on ne devrait pas ressentir le besoin de recourir à des siestes ou à des stimulants, tel que les boissons énergétiques ou le café, pour se sentir pleinement alerte et productif

 

4. Pour être plus agréable

Pas le temps de dormir ? Julie Carrier ne s'en montre pas convaincue. Elle croit qu'il s'agit avant tout de placer le sommeil en priorité dans son horaire. « Ça nécessite de faire certains choix » convient-elle. « Comme on trouverait inacceptable qu'un collègue nous dise : ''je ne fais pas d'exercice, faute de temps'', quand il est question de réserver des heures pour de bonnes nuits de sommeil, c'est la même chose! »

Un manque de sommeil joue aussi sur l'humeur, pas besoin d'un doctorat en psychologie pour le savoir ! On devient alors plus irritable, moins patient, moins à l'écoute. Et si dormir plus faisait de vous un conjoint, un employé ou un parent plus attentif ? Pour qui veut, rien d'impossible !

 

5. Pour se faire une santé

« Il y a encore beaucoup de conscientisation à faire sur l'importance de dormir », déplore Julie Carrier. La chercheuse énumère une liste si longue concernant les bienfaits du sommeil sur la santé physique, émotionnelle, cognitive, qu'elle aurait de quoi vous tenir éveillée pour un bon moment!

« On parle beaucoup de l'importance de bien manger et de faire de l'exercice pour maintenir sa santé sur le long terme, mais on laisse encore trop peu de place au sommeil », insiste-t-elle. Dormir suffisamment aurait même le don de repousser certaines maladies.

Mais qu'est-ce que « suffisamment » ? Il n'en tient qu'à vous de déterminer le nombre d'heures associées à une bonne nuit de sommeil ainsi qu'aux conditions inhérentes à un sommeil réparateur (bruit, confort, heure du coucher et du lever, etc.). « Chaque personne a son propre rythme biologique », soutient la chercheuse, qui avoue être une bonne dormeuse.

 

6. Pour éloigner certaines maladies

« Le sommeil joue un rôle important dans la régulation du glucose, soutient Julie Carrier. De nouvelles recherches, qui ont à peine dix ans, démontrent justement que la gravité de certains diabètes comme celui de type 2 peuvent être amplifiés par le manque de sommeil. »

De même, bien dormir aurait une action régénératrice sur certaines cellules du foie et des muscles. « Le cerveau profite aussi de ce répit pour éliminer ses ''déchets'' grâce aux antioxydants », indique-t-on sur le site Passeport Santé.

 

7. Pour avoir un système immunitaire du tonnerre

« Depuis une quinzaine d'années, on assiste à un boom important sur la recherche sur le sommeil, occasionné par des collaborations avec des chercheurs de diverses disciplines, comme des spécialistes sur le système immunitaire », soutient Julie Carrier. On a d'ailleurs découvert que bien dormir aurait la capacité de renforcer les réponses immunitaires du corps humain. « Si vous allez vous faire vacciner contre la grippe, mais que par la suite vous dormez peu, vous développerez moins d'anticorps », précise-t-elle. La science peut vous donner un coup de pouce, mais vous avez aussi un rôle à jouer pour aider vos « petits soldats » au combat. À vos oreillers!

 

8. Parce que c'est un écran protecteur pour votre cœur

Dormir plus de 7 heures par nuit pourrait jouer en votre faveur, révèle une étude américaine publiée il y a trois ans dans le Journal de l'Association médicale américaine. C'est que les personnes qui dorment peu (moins de 7 heures par nuit) seraient plus sujettes à développer de l'artériosclérose (durcissement des artères), soit un facteur de risque associé aux troubles cardiaques.

« Une carence de sommeil de seulement quelques heures par nuit durant une semaine montre déjà des effets sur le niveau de cortisol, soit une hormone liée au stress », indique Julie Carrier. Il a déjà été prouvé que le stress avait des effets néfastes sur la santé du cœur et des artères. On essaie alors d'être zen et reposé, en commençant par dormir assez !

 

9. Pour consolider les nouveaux acquis

Vous étudiez? « Le sommeil REM -ou paradoxal- facilite la consolidation des nouveaux apprentissages, la résolution des problèmes et l'adaptation aux expériences émotionnelles quotidiennes, avance le professeur Morin dans son chapitre intitulé « Quelques notions de base sur le sommeil ». Le sommeil REM fait référence au terme anglais rapid eye mouvement, qui constitue le sommeil à ondes lentes (stades 3 et 4) et qui s'avère très important pour quiconque veut bénéficier d'une nuit réparatrice.

 

10. Y aller mollo sur les stimulants, un geste gagnant !

« La caféine est le psychostimulant le plus utilisé au monde, mais on ignore encore comment elle agit sur le sommeil après 40 ans », fait remarquer Julie Carrier, professeure au Département de psychologie de l'Université de Montréal, dans un billet paru sur le blogue du site Passeport Santé.

« On sait à présent que la caféine a un effet néfaste sur les phases de sommeil lent profond, avance-t-elle en entrevue pour MSN Canada. C'est un cercle vicieux dont il faut se méfier : après une nuit peu réparatrice, on sera tenté de boire plus de café ou de boissons énergétiques pour se tenir éveillé, et ainsi de suite... » Elle avance que cet effet est notable même chez les gens qui se disent « peu sensibles à la caféine ». On y songe à deux fois avant de reprendre du café ?

 

 

Votre réseau de partage

Le Ngombol

Partager cet article

Repost 0
Published by chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu) - dans Asbl et Ong
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu)
  • Le blog de chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu)
  • : Laboratoire d'intelligence, renseignements et coaching politique."Là où il y a la volonté, il y a toujours un chemin."
  • Contact

Profil

  • chickomwamba.over-blog.com(Tété - Diulu)
  • Président de "Debout pour le Congo", Coordinateur de "Réfléchissons ensemble" et Secrétaire rapporteur de FOSPEKA.Président de l'ASBL "Le BERCEAU". Homme intègre et grand défenseur des droits des hummains.
  • Président de "Debout pour le Congo", Coordinateur de "Réfléchissons ensemble" et Secrétaire rapporteur de FOSPEKA.Président de l'ASBL "Le BERCEAU". Homme intègre et grand défenseur des droits des hummains.

Recherche

Liens